Steve McQueen

Exposition Steve McQueen

Exposition Steve McQueen Style

C’est au sein de la plus grande des Galerie Joseph (850 m2 sur 2 niveaux) que prend place tout le vécu de cette icône américaine qu’est Steve McQueen. D’aucuns le connaissent sous les traits d’un chasseur de primes, d’un lieutenant de police, d’un mercenaire, d’un prisonnier ou encore d’un homme d’affaires, pourtant Steve McQueen, n’est pas uniquement une star absolue du petit et du grand écran, il est aussi une figure symbolique du cinéma hollywoodien. Cette exposition donne l’occasion de le découvrir sous différents spectres.

Movie Star – Cinéma :
Découvert dans la série télévisée « Au Nom de la Loi » à la fin des années 50, Steve McQueen nanti du succès planétaire de la série, s’impose réellement au cinéma en jouant en 1960, un des 7 Mercenaires, film de John Sturges. Ce dernier le dirige à nouveau pour un autre succès international qui devient le film référence de McQueen « La Grande Evasion ».
Sa carrière cinématographique est composée de 27 films en seulement 24 ans. D’un niveau irrégulier, les films de séries B et les blockbusters alternent, les premiers étant immédiatement oubliés quand les autres entrent au panthéon du septième art américain. Parmi ceux-ci, on peut citer « La Tour infernale », un des premiers films catastrophe, « Papillon », où le duo Dustin Hoffman/Steve McQueen fait merveille et « L’Affaire Thomas Crown » avec la sublime Faye Dunaway.
Mais le plus légendaire reste « Bullitt » avec sa poursuite automobile de référence : 10 minutes à couper le souffle dans les rues de San Francisco.

Steve McQueen Style 13

Fashion Icône : Mode
Fashion icône absolue, Steve McQueen, dans sa vie personnelle ou professionnelle, porte avec élégance et distinction, des montres Heuer ou Rolex, des lunettes de soleil Persol, des désert boots, des blousons Barbour ou Harrington. Il a ce don très particulier de transformer tout ce qu’il porte en vêtements cultes. Homme de « marques » sans le vouloir, il créé la pérennité de celles-ci en les portant avec allure.

Steve McQueen Style 10

Steve McQueen Style 9

Motors fan – Auto Moto :
Grand amateur de belles carrosseries et de mécaniques puissantes, Steve McQueen investit les premiers cachets de son rôle dans « Au nom de la loi » dans des motos et un sublime cabriolet Jaguar XK SS. C’est le début de sa passion pour les belles mécaniques mais le statut de collectionneur ne lui suffit pas, il veut prendre part à des courses, ce qui est autrement plus motivant. Il participe donc à de nombreux enduros sur des motos de toutes marques, avec une préférence marquée pour les Triumph, et pour les autos, il voit encore plus grand ! Participer aux « 24 Heures du Mans » est son rêve ultime, cela deviendra son obsession et la plus grande contrariété de sa vie. Considéré comme la
plus grande star d’Hollywood en 1970, les assurances lui interdisent de prendre le départ de la course, et c’est la mort dans l’âme qu’il ne fait que produire et jouer dans son film « Le Mans », sans piloter lui-même. Passion dévorante qui manque de le dévorer, Steve, quasiment ruiné par le coût du film dont le succès n’est pas au rendez-vous, traverse alors une longue période de doute. Les succès cinématographiques des années 70 l’aident à oublier ce rêve de gosse inachevé… A la fin de sa vie Steve est propriétaire d’une collection riche de plus de 150 autos et motos.

Steve McQueen Style 14

Steve McCool – vie privée :
Si le côté sombre de la star peut le rendre violent et difficile à vivre, Steve McQueen a aussi une face plus lumineuse. Souriant, décontracté et diablement séduisant, amoureux, paternel, aimant les enfants, affectueux avec les animaux ; il est ici montré comme seuls ses intimes le connaissent, un McQueen simple, décontracté, naturel …cool !

Steve McQueen Style 2

Corner Arty : le mythe Steve McQueen vu par les artistes
L’exposition est enrichie d’œuvres d’art, à travers lesquelles l’on peut découvrir le travail de nombreux artistes contemporains « inspirés » par le caractère moderne et intemporel de la Star.

1 réflexion au sujet de “Steve McQueen”

Laisser un commentaire